fbpx
Découvrez gratuitement le guide : Comment créer votre ferme à champignons

Les 10 erreurs de débutant en culture de champignon

les erreurs à éviter quand on débute en culture de champignon
Sommaire

C’est normal de faire des erreurs en culture de champignon lorsque l’on débute, c’est comme cela que l’on apprend.

J’en ai moi-même fait énormément par manque d’informations fiables sur internet et dans les livres.

Voici donc les 10 erreurs les plus communes lorsque l’on découvre la culture de champignon. Si vous les évitez, vous aurez beaucoup plus de chance de réussir vos premières récoltes.

1 – Vouloir tout faire en même temps 

Quand on découvre le monde des champignons, il est tentant de vouloir maitriser toutes les étapes de la croissance de ce fascinant organisme. Pouvoir sélectionner ses souches et développer son propre blanc, afin de cultiver des champignons hyper locaux et artisanaux, est un objectif honorable. Le problème avec ce type de projet, c’est qu’il nécessite une diversité de compétences qu’il faut acquérir. En voulant tout faire en même temps, il est beaucoup plus difficile d’identifier d’où viennent les problèmes que l’on rencontre. Il vaut mieux y aller progressivement, en apprenant à maitriser chaque étape une à la fois. Cette erreur est tellement commune que j’en ai fait une vidéo que vous pouvez retrouver ici

2 – Trop planifier

Une autre erreur assez commune en myciculture c’est de trop planifier et donc de ne pas agir. C’est important de planifier un minimum bien sûr, mais si cela empêche l’action on finit par ne plus rien faire. Renseignez-vous sur les méthodes que vous voulez employer et sur l’espèce que vous voulez cultiver puis lancez-vous! Dans tous les cas, soit ça fonctionne, soit vous échouerez (c’est très probable lorsque l’on travaille avec le vivant) et vous en apprendrez encore plus que si tout fonctionne du premier coup. 

3 – Être impatient

Bien que le champignon soit un organisme à croissance rapide. En tout cas plus rapide que la plupart des plantes. Il reste tout de même un organisme vivant et a besoin d’un certain temps pour se développer. Un pleurote a besoin de 2 semaines d’incubation, un Shitake 1 mois et demi minimum. Une erreur courant avec le Shitake est de le mettre en fructification avant qu’il soit mature, c’est-à-dire qu’il ait bruni entièrement. En fructification, les primordia de pleurotes apparaissent plutôt rapidement (une semaine environ). Parfois, il arrive, selon les conditions climatiques et la manière dont a été incubé le substrat, qu’il soit en retard. On pensera à un échec alors qu’il faut juste patienter. Je vous conseille donc de bien vous renseigner sur les temps d’incubation et de fructification respectifs à chaque espèce.

Si vous aimez cet article, vous aimerez surement aussi :   Comment devenir cultivateur de champignon ?

4 – Ne pas assez prendre en compte la propreté

En myciculture, la propreté est indispensable. C’est une des erreurs en culture de champignon que l’on voit le plus souvent chez les cultivateurs débutant. de Cultiver des champignons, ce n’est pas la même chose que cultiver des légumes. Une certaine hygiène est à respecter à chacune des étapes. Bien sûr, celle ci sera moindre si vous cultivez des champignons en extérieur, mais tout de même. 

La propreté est particulièrement importante au moment de l’inoculation. Que ce soit sur ballots, en seaux ou en colonne. Des milliers de spores et bactéries flottent en permanence dans l’air. Vos mains et vos vêtements sont une autre source importante de contaminations. Respecter certaines techniques stériles à cette étape est indispensable. 

L’autre endroit où la propreté est importante c’est dans la salle de fructification. Certes, il ne faut pas être aussi propre que pendant l’inoculation, mais il faut maintenir l’équipement et l’environnement propre. Tout le matériel, les étagères, l’humidificateur, les extracteurs d’air doivent être nettoyés régulièrement. 

5 – Mettre trop d’eau dans son substrat

Une des erreurs en culture de champignon qui peut facilement arriver avec de la sciure de bois, mais beaucoup moins avec de la paille. Une paille bien égouttée sera toujours bien hydratée. Alors que la sciure peut vite absorber trop d’eau. Plus les particules du substrat sont fines, plus le risque est élevé. 

Dans tous les cas, on essaye d’hydrater son substrat à la capacité de rétention maximum. Cette capacité varie d’une matière à l’autre. Pour la paille, on est vers 70% alors que la sciure se situe plus vers 60%. On parle ici du pourcentage d’eau dans la masse totale du substrat hydraté. Par exemple si l’on souhaite obtenir 10 kg de substrat hydraté à 60%. On prendra 4kg de substrat sec auquel on ajoutera 6kg d’eau. 

On peut utiliser la technique de la poignée de substrat pour humidifier à l’œil, j’en parle dans cet article.

Une dernière chose importante qui peut vite amener à faire des erreurs est le taux d’humidité déjà présent dans le substrat. Une sciure brute qui sort de la scierie a toujours un certain taux d’humidité déjà présent. Il faut vérifier ce taux avant d’ajouter plus d’eau. Pour cela, rien de plus simple. Il faut prendre une certaine quantité de cette sciure, la peser et la passer au four à 100°C pendant 2 heures. La reposer ensuite, la différence est la quantité d’eau qui était présente dans le substrat. 

Si vous aimez cet article, vous aimerez surement aussi :   Cultiver le pleurote rose [Guide Complet]

6 – Mal pasteuriser son substrat

Une bonne pasteurisation est indispensable pour éviter les contaminations par les microorganismes déjà présents dans le substrat. Quelle que soit la méthode que vous utilisez, à chaud ou à froid, les 3 règles à respecter restent les mêmes. 

  • Une bonne répartition du traitement
  • Un temps de traitement suffisant
  • Avoir des instruments de mesure

J’ai détaillée ces 3 règles dans une vidéo que vous pouvez retrouver sur ma chaine YouTube.

7 – Cultiver une espèce incompatible avec son substrat 

Tous les champignons ne se plaisent pas sur tous les types de substrat. Certains comme les pleurotes sont très flexibles. D’autres comme les agarics sont plus sélectifs. Pour simplifier, il y a deux gros groupes de champignons : les décomposeurs primaires et les décomposeurs secondaires. Les décomposeurs primaires préféreront les matières brutes tels que les arbres qui viennent de mourir. Les décomposeurs secondaires préféreront les matières qui sont déjà décomposées comme le fumier par exemple. 

Certains champignons sont dits lignicoles, ils se nourrissent de bois. Par contre, ceux-ci ne consomment pas forcément tous les types de bois. Certains s’adaptent aux résineux, d’autres aux feuillus. Certains ne poussent que sur un type d’essence d’arbre. 

Pour définir quels sont les substrats adaptés pour un champignon spécifique, faites vos recherches où explorer les fiches de culture.

8 –  Ne pas fournir de lumière aux champignons

On pense souvent que les champignons poussent dans le noir, c’est l’erreurs en culture de champignon la plus commune. Cette idée nous vient de la culture de champignons de paris qui pousse effectivement dans le noir, car il a été sélectionné dans cette optique. La plupart des autres champignons ont besoin de lumière. Dans la nature, en sous-bois, il y a bien de la lumière même si elle est filtrée par les feuilles des arbres. Il ne fait pas de photosynthèse, mais l’utilise pour diriger leur pousse ainsi que développer de belles couleurs. Lorsque l’on cultive en intérieur, une simple barre LED de couleur blanche froide ou la lumière indirecte du soleil suffit. Il faut environ 500 à 1000 lux, mais cette valeur change selon le type de champignon. En extérieur, un simple voile d’ombrage suffit, ou alors cultivez vos champignons sous des arbres.

9 – Ne pas fournir assez d’air frais en fructification

Alors que l’humidité est souvent prise en compte dans les chambres de fructification de débutants. Le renouvellement de l’air frais est souvent mis de côté alors que c’est un paramètre indispensable pour obtenir une belle pousse. Les champignons en poussant produisent du CO2 comme nous lorsque l’on respire. Il faut évacuer ce CO2 sinon les champignons croient qu’ils sont toujours dans le sol ou sous un tas de feuilles et vont continuer à développer leur pied au lieu du chapeau. Chaque champignon supporte un taux de CO2 différent. Pour mesurer le CO2 dans l’air pas besoin de capteur qui coûte cher. Observer simplement ces champignons est suffisant. Dans tous les cas, il faut renouveler l’air de la chambre de fructification 4 à 8 fois par heure. Si vous avez une pièce de 100m2, il faudra un ventilateur de 400m3/h pour renouveler l’air 4 fois en une heure. Si l’on a un ventilateur plus puissant, on peut mettre un minuteur dessus.

Si vous aimez cet article, vous aimerez surement aussi :   L’erreur à ne pas faire quand on veut créer sa champignonnière

10 – Ne pas prendre de notes

Peut-être l’erreur en culture de champignon qui quand elle est évitée apporte le plus de bénéfices au cultivateur de champignons. En effet, on pense souvent que l’on va se souvenir de tout ce que l’on a fait. Alors que rien n’est moins vrai. Il y a tellement de détail qui peut influencer le résultat final que l’on peut vite s’y perdre. Surtout que le cycle de culture du champignon s’étale sur plusieurs semaines. 

S’il y a bien une chose à retenir de cet article, c’est celle-ci. Attrapez un carnet, vous vous en remercierez plus tard. Notez tout, le substrat utilisé avec les quantités, les méthodes de pasteurisation employées, le taux de lardage, les conditions de croissance… Chaque paramètre compte et ces notes vous permettront d’analyser où vous avez fait une erreur ou  alors pourquoi ça a marché cette fois-là.

Conclusion

J’espère que cet article pourra vous éviter certaines erreurs que l’on fait tous quand on débute. En tout cas, je vous souhaite beaucoup de réussite dans vos futures cultures de champignons !

Certains liens dans mes articles sont des liens affiliés. C’est-à-dire que je touche une petite commission qui n’a aucun effet sur votre achat lorsque vous les utilisez. Je ne conseille que des produits dont je suis convaincu de la qualité.

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Articles Populaires
fournisseur mycélium fiable
Mycelium : fournisseurs fiables
comment devenir cultivateur de champignon en france
Comment devenir cultivateur de champignon ?
champignons sans kit
Faire pousser des champignons sans kit c’est facile !
sciure de bois pour cultiver des champignons
Le meilleur substrat pour cultiver des champignons
culture pleurote sur paille
Comment cultiver des pleurotes sur de la paille ?
Merci d'avoir lu cet article